RPG Héroïc-Fantasy
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Recherches des prédéfinis.

Nous avons quelques prédéfinis qui n'attendent plus que vous !
Serez-vous tentés pour incarner l'un d'eux ?

Animations de Printemps

Nous vous proposons deux animations pour le Printemps !
La première : Le loterie du hasard avec un dé à lancé qui contient plusieurs faces !
Et en second la chasse aux œufs de dragons qui se déroule également. N'hésitez pas à participer !


Partagez | 
 

 YUE ☾ an angel fallen from the sky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 6 Nov - 3:03


Yue Suellen
« Je vis dans l'espérance de fuir un jour mon errance. »


20 ans - Ange - Le Conseil - Elementaliste



NOM ☾ Suellen
PRÉNOM ☾ Yue
AGE ☾ 20 ans
SEXE ☾ Femme
ORIENTATION SEXUELLE ☾ Hétéro

RACE ☾ Ange (autrefois humaine)
CLASSE ☾ Elémentaliste liée à la Lumière
GROUPE ☾ Le Conseil, dirigeant
CLAN ☾ Le Conseil. Yue conçoit et comprend ce qui motive les Rebelles, mais elle est profondément convaincue du bien fondé du rôle originel du Conseil. La corruption dont nombre de ses membres font preuve l'exècre car elle ternit ce pourquoi il a été créé. Elle se bat contre ce mal, persuadée que c'est également la volonté des Dieux et la raison de sa résurrection.
CROYANCE ☾ Traditionnellement, la branche maternelle de Yue voue un culte à Dasanke, déesse de la Lune. La croyance familiale veut que c'est de là que vient la marque en forme de croissant de lune que porte les membres de cette famille sur le corps.
Mais depuis sa résurrection angélique, Yue fait montre d'une ferveur sincère à l'égard de Luona, Déesse de la Vie, car elle croit lui devoir sa seconde existence. L'ange a une profonde reconnaissance envers elle.

MONTURE ☾ Yue se déplace grâce à ses ailes la plupart du temps, bien que quelques fois son familier soit aussi sa monture.
FAMILIER ☾ L'apparence de Sora pourrait se rapprocher de celle d'un loup géant ou d’un grand lion, bien qu’elle diffère en de nombreux points. Le familier est pourvu d’un corps harmonieusement formé, possédant de longs membres et une musculature puissante. Son pelage, de la couleur de la lune, est épais et soyeux, demeurant immaculé en toute occasion. A son cou se forme une crinière. Au niveau de son arrière train, une longue queue prend naissance. Son pas est particulièrement rapide et souple. A vive allure, on le croirait doté d'ailes car il peut atteindre brièvement la vitesse de la lumière, matière dont il est en réalité constitué. Il dégage une aura noble et une allure altière. Il semble émettre une faible lueur constante. Sa particularité la plus remarquable est sans nul doute au niveau de sa tête. Dépourvue d’oreilles, d’yeux et de museau, c’est par son étrange face entièrement noire que Sora parvient mieux que quiconque à percevoir ce qui l’entoure. Cela s’apparente à un système à mi-chemin entre le sonar et les ultrasons qui lui permet de détecter n’importe quoi à près de cent mètres à la ronde. C’est aussi par ce biais que les vibrations sonores sont réceptionnées. Quand la créature se concentre, cette excroissance prend alors de surprenantes teintes changeantes variant du mauve au bleuté, non sans rappeler les cieux.
La vérité autour de la création de Sora n’est détenue que par Yue. C’est grâce à sa magie élémentaire que Sora est apparu la première fois. Aux fils des années, son apparence s’est précisé jusqu’à devenir celle actuelle.
Sora :
 

__________

TAILLE ☾ 166 cm
COULEUR DES YEUX ☾ Céruléens sont ses yeux, brillants d'une lueur envoutante presque enchanteresse, ou peut-être ensorceleuse. Profond est son regard, tel un océan dans lequel il est bien trop aisé de se noyer. Ses prunelles nous absorbent, et nous devenons captifs de cette vision pourtant si éphémère.
COULEUR DE CHEVEUX ☾ Telle une cascade lunaire, ses longs cheveux argentés dévalent ses épaules pour s'échouer au creux de ses reins. Ondulant timidement, ils volettent à chaque brise venant les effleurer. Leur si pur éclat n'est pas sans faire échos à la nature angélique de Yue. Le plumage de ses ailes s'accordent d'ailleurs à la perfection avec cette chevelure opaline.

STYLE VESTIMENTAIRE ☾ Naitre et grandir dans l'opulence laisse des traces. Seules de nobles étoffes comme la soie composent les élégantes robes que revêt Yue. Le cuir ou les fourrures s'y mêlent souvent également. Quelques distinguées parures viennent ajouter une ultime note de féminité à la tenue. Mais jamais l'ange ne s'égare dans l'ostentatoire ou le vaniteux, cela serait bien malaisant. A sa façon particulière, elle parvient à rester humble tout en ne passant pas tout à fait inaperçue.
SIGNES PARTICULIERS ☾ Nul personne n'est sans avoir remarqué la majestueuse coiffe que Yue arbore continuellement. Semblable à une couronne royale, elle est incrustée de pierres de Lune, de perles, d'opalines et de quelques discrets saphirs, le tout fait d'or jaune et d'or blanc. Cette coquetterie est en réalité un héritage familial. Nombre de rumeurs courent quant à la raison véritable de son port par la jeune fille, certains affirmant que c'est pour afficher sa filiation et donc asseoir sa position au sein du Conseil, d'autres pensant qu'il s'agit là que d'une fantaisie de jeunesse. Mais tous s'accordent à dire que nul autre tête ne saurait la porter aussi bien.
Comme il est habituel dans sa famille, une tâche de naissance en forme de croissant de lune vient marquer sa peau au niveau de la nuque.


Caractère


« La liberté appartient à ceux qui l'ont conquise. »

Semblable à l’astre lunaire, l’ombre et la lumière se fondent et se confondent en moi. Alors que mon enveloppe charnelle irradie, mon âme, elle, s’assombrit. Dans mon cœur gronde la tempête, dans mon esprit grandit le brouillard. Je ne suis pas moi. Je ne suis plus moi. Je suis ce que la vie, ou plutôt la mort, a fait de moi. J’aurais dû être différente. Tellement différente. Si seulement mon existence avait pris un autre chemin que celui-là. Mais on ne choisit pas, n’est-ce pas ? J’ai été forgée dans la douleur, la souffrance, et la tristesse. Mes larmes furent mes plus fidèles compagnes, et le trépas mon amant. Maintenant, c’est la poitrine serrée mais la tête haute que j’avance droit devant moi. Cela n’a pas toujours été le cas. Il y eut un avant, il y eut un après.

Je me souviens. Depuis toujours, je contemplais le ciel, tendant ma main vers lui, espérant vainement l’atteindre. Ou ne serait-ce que l’effleurer du bout de mes doigts. Rêvais-je de lointaines contrées ? Je ne saurais le dire. Ce que je voulais avait un nom, liberté. A l’image de la colombe dans sa cage dorée, je me trouvais comme prisonnière d’une geôle pourtant sans barreau. Je me sentais étouffer, suffoquer. Qu’était-ce que ce sentiment étrange alors que nulle chaîne ne m’entravait ? Ainsi je me hissais sur les hauteurs environnantes, contemplant ce paysage au loin où ciel et terre venaient se fondre l’un dans l’autre comme deux amants. Que c’est beau, l’horizon. Tel une promesse d’un ailleurs plus merveilleux. Déployant mes bras de chaque côté, je me plaisais à m’imaginer planer parmi les nuages, sentant le vent caresser ma peau. Ce souhait, que je ne parvenais pas à formuler jadis, fut exaucé de la plus tragique des façons.

Celle que je devenus ensuite n’avait plus rien de commun avec celle que j’étais. Je compris à quel point la vie était précieuse et fragile à la fois. Si aisé il m'apparaissait maintenant de la faucher. Cruelle vérité, tragique fatalité. C’est là que j'appris enfin la nature profonde de notre monde. Si sombre il était. Perfide et perverti. Cupide et corrompu. Bien loin de mes croyances d'autrefois. Mon insouciance disparue pour ne jamais revenir le jour où ma vie me fut dérobée. Je m’étais bercée de douces illusions, plaisantes, rassurantes. Des rêves, des espoirs. Du vent, rien de plus. On a voulu me protéger, me préserver. Me tenir éloignée de la laideur de l’âme. Mais nul mensonge ne dure, et le mien n’y échappa pas. Cela allait désormais guider mon existence nouvellement acquise.

Bien que je choyais le souvenir de celle que j’avais un jour été, je dus en faire le deuil. Et alors que je me croyais armée d’une volonté sans faille aucune, persuadée que nul obstacle ne saurait m’arrêter car je n’avais plus rien à sacrifier, je fus brisée pour la seconde fois. Moi, l'ange, je fus forcée de devenir une chose méprisable. Une docile marionnette. Un pantin désarticulé. Un ordre, j'exécute. Cela me répugne. Mais pour quoi faire cela ? Ou plutôt, pour qui ? Pour lui. Car ce n’est pas pour ma vie que je crains. C'est pour la sienne. Celle du seul être de mon sang qu'il me reste alors que je le croyais perdu lui aussi. Mon frère. Mon précieux frère. Lui qui a voulu s‘interposer pour me protéger. Ils te gardent. Ils t'enferment. Ils t'affament et te torturent. Mais jamais ne te tuent. Parce que tu es ma faiblesse. Parce que je veux te sauver. Ils m'ont dit que je pourrais si j'obéissais. Qu'un jour, nous serions de nouveau réunis. Alors j'écoute et je me tais. Contrainte, je me soumets. Je fais mon possible pour les satisfaire. J'en viens à m'oublier quand ils me poussent si loin dans mes retranchements que ma conscience s'évanouit un temps. Je suis un outil, un accès au pouvoir. Tant que je leur serais utile et que je suivrais leurs instructions, il aura le droit de vivre un peu plus. Ainsi je me mords la lèvre et tais le cri de la rébellion qui sommeille en moi. Cette rage grandissante et dévorante qui est prête à me submerger à la moindre de mes faiblesses. Impassible je m’efforce de paraitre, semblable aux statues de marbre jonchant les chapelles. Pourtant déterminée je demeure, secrètement animée d’un espoir que je refuse d’enterrer. Mais qu'espère-je donc ainsi ? Ce n'est pas parce que ni mes poignets ni mon cou ne sont enchaînés que je suis libre. Mes liens sont bien plus sournois, invisibles, dissimulés. Peu importe le lieu où je me rends, je ne suis jamais seule. Ils me surveillent, ils m'épient. Je le sais, je le sens. Ils ne sont pas sans avoir conscience que je suis prise dans un étau. Fuir ? Pour aller où ? Vers qui me tourner ? Je ne peux rien faire sans risquer de le perdre. Je suis seule. Pardon père. Je ne peux accomplir votre volonté, ni continuer votre œuvre. Car mon unique souhait en cet instant est de le sauver.

Alors ignorant mes sentiments, ma conscience et ma souffrance, bafouant jusqu’à mes principes, j’accomplis leurs désirs. Si pour le protéger je dois souiller ma pureté et sacrifier mon humanité, je le ferais. Même si je me dégoûte, même si ils me dégoûtent. Mais je me bats. Silencieusement, secrètement. Je n’ai pas encore rendu les armes. Ils ne dompteront pas l’ange, je ne leur offre que l’illusion d’y parvenir. Juste de quoi leur plaire. Malgré cela, je ne les hais pas. Sans ténèbres, il n'y aurait pas de lumière. Ce monde est fait de teintes, plus ou moins claires, plus ou moins sombres. Il faut l'accepter. En contrepartie, je m'efforcerais d'être une lueur dans l'obscurité des cœurs. Par ma magie, par mes gestes et mes paroles. Par mon silence aussi, car je l'affectionne et ne parle que peu. Chacun de mes mots étant réfléchi et pesé, parce que l’espérance que je nourris ne doit jamais être divulguée.

« Attends-moi liberté, je me hâte. »


Histoire

Il y a en ce monde des leçons que seule la vie enseigne. Parfois avec douceur, souvent avec violence. J’en ai fait l’expérience. Pourtant je n'étais pas destinée à cela. Rien ne le présageait. Si mon destin s'est vue prendre une sombre et douloureuse voie, la faute revient aux noirs tréfonds de l’âme que nombreux dissimulent habilement.

Il est habituel de ne pas se rappeler les prémices de sa vie. Il est, cependant, bien triste quand son premier véritable souvenir est aussi l’un des plus tragiques. Tel une cicatrice, il s’ancre jusqu’au plus profond de l’âme, de l’esprit et du corps. À jamais marqué au fer rouge. Un traumatisme qui restera toujours présent dans l’inconscient. Pour moi, ce fut la soudaine disparition de ma mère. Si précieuse sont-elles pour leurs enfants. Irremplaçables, inégalables, inestimables. Aussi cela rend la douleur de cette perte encore plus innommable, quasi insurmontable. Mes souvenirs sont vagues, flous. Avec les années, ils se sont entremêlés et estompés. Pourtant, le poignard qu’on a planté dans mon cœur innocent en m’arrachant une part de moi-même ce jour-là, je le sens toujours aussi vif. Rien ne pourra jamais faire disparaitre cette douleur silencieuse. Elle fait partie de moi. De ce que je suis, de qui je suis. Elle posa les fondations de mon être en devenir. Qu’il est effroyable d’être si durement confronté à l’éphémère de la vie alors qu’à cet âge on ignore tout de ce qu’est le trépas…

Mon frère et moi avions quatre ans. Nous vivions à la capitale où nous étions nés. Comblés, vivant dans le faste et la fortune, nous n’avions jamais manqué de rien. Alors pourquoi devions-nous être privés de notre mère ? Quelle injustice que ce monde ! J’aurai donné mille trésors si cela avait pu la ramener. Hélas, on ne négocie pas avec la mort. Elle aura toujours le dernier mot. Cupide faucheuse, elle se repait des âmes qu’elle récolte avec avidité. Et derrière son funeste passage, elle ne laisse que tristesse et désolation. Pauvres orphelins que nous étions. Notre père, tout aussi dévasté que nous l’étions, portait en plus le fardeau du secret. Car ce n’était ni une mort lente, ni une mort douce qui avait emporté notre gracieuse génitrice. Il s’agissait d’une sombre machination. Un assassinat savamment orchestré qui aurait dû tous nous emporter. Par chance, ou plutôt par miracle, il n’y avait qu’une victime à regretter. Une de trop. Mais une seule malgré tout. Les coupables de cette ignominie ne pouvaient qu’être des monstres. Des monstres gouvernés par leur soif de pouvoir, par leur orgueil et leur cupidité. Des membres du Conseil. Des collègues de notre père. Mais ceci, nous ne l’apprendrions que bien plus tard.

Après ce terrible évènement, père pris la décision la plus éprouvante de sa vie. Pour notre sécurité, et malgré son chagrin grandissant, il pensa préférable de nous tenir éloigné de lui. Je fus envoyée dans un des sanctuaires de la Forêt des Murmures, alors que mon frère rejoignit les rangs des aspirants Aëriths. Chacun de nous fut donc contraints de se dire au revoir. Je ne sais pas ce qui fut le plus dur pour moi, perdre à tout jamais ma mère, ou me retrouver seule avec ma peine. Je pris cela comme une trahison, un abandon. Je ne pouvais pas comprendre ce qui motivait ce choix bien sûr, et cela me pesa de longues années.

Mornes et vides étaient les jours dans le sanctuaire que j’habitais désormais. Combien de temps s’était écoulé ? Des semaines ? Des mois ? Des années ? Je perdais complètement le fil. Je n’y prêtais même pas attention. Il n’y avait que moi et ma peine. Si bien que la solitude avait fini par me peser douloureusement. Le reste du monde, je ne le voyais même plus. Ma famille n’étant plus à mes côtés, je n’y trouvais aucun intérêt. La vague contemplation du va et vient des gens de passage au sanctuaire consistait en ma seule et unique activité. Je ne me mêlais pas aux autres. C’est tout juste si je les détaillais. La fillette marquée par le deuil que j’étais n’était plus qu’une ombre. Une silhouette chétive, recroquevillée dans un recoin de la pièce. C’est à peine si on me remarquait, et cela me convenait pleinement. Car le silence aurait été ma seule réponse. Je ne pleurais plus. Je crois que je n’avais plus de larme pour cela. Mais celui qui aurait plongé son regard suffisamment longtemps dans le mien aurait sans mal décelé tout ce que je m’efforçais de contenir, de refouler, de masquer. J’étais piégée dans les bas-fonds de ma souffrance. Incapable de revenir à la lumière. Je ne trouvais plus le chemin. Le cherchais-je au moins ? Je n’en avais plus la volonté. Il est probable que je me serais ainsi laissée dépérir si je n’avais pas fait une certaine rencontre…

Il faisait nuit. Il était tard. Le silence avait pris possession des environs. Seuls de discrets bruits de pas raisonnaient timidement dans l’enceinte du sanctuaire. C’étaient les miens. Comme de nombreuses fois auparavant, je ne parvenais pas à trouver le sommeil. Alors j’errais. Telle une âme en peine, égarée dans les limbes de sa propre solitude. Sans but. Ignorant même jusqu’où je me laisserai mener. Je me sentais vide. Je me sentais éteinte. J’étais seule. Je me sentais partir. Je me sentais mourir. J’étais épuisée, je me mouvais lassement. Fixant le néant. Je ressemblais davantage à une ombre qu’à une enfant. Je ne m’aperçus pas que j’avais déjà atteint la forêt entourant le sanctuaire. Au milieu des arbres, je m’avançais. Sur une racine, je ratai un pas, et sans même chercher à me rattraper, je m’écroulai au sol. Ma chute me fit mal. Pourtant je ne bronchai pas. Il n’y eut même pas une grimace de douleur sur mon visage pâle. Rien. Fermant les yeux, je me recroquevillais sur moi-même. J’enfouis mon visage contre mes genoux. Il n’y avait plus que mon faible souffle à travers ma bouche entrouverte pour briser le silence de la nuit. C’était là la seule preuve que la mort ne m’avait pas encore emportée. Relâchant tous mes muscles, je me sentais m’évanouir peu à peu. Mais une lueur vint me sortir de ma torpeur grandissante. Je voyais apparaitre au creux de mon corps une forme lumineuse. Son aspect semblait instable et changeant. Mais plus je l’observais, mieux elle se dessinait. Je vis se former ce qui me sembla être quatre pattes, puis une tête, et enfin une queue. Cela prenait une silhouette féline. J’étais comme fascinée. J’en oubliais toutes mes sombres idées. Je m’interrogeais sur l’origine de ce phénomène. Je n’avais jamais vu ça. Cela me paraissait si incroyable que j’en venais à me demander si je n’hallucinais pas. Sa lumière, bien que suffisamment forte pour éclairer les alentours, ne m’éblouissait pas. Puis la « créature » lumineuse se mit à bouger. Elle m’approcha et j’eus l’impression qu’elle cherchait à se blottir contre moi. Le plus naturellement du monde, je vins l’entourer délicatement de mes mains. Et là, je sentis sous mes doigts ce qui s’apparentait à une fourrure, douce et soyeuse. Je ressentais une faible chaleur et une respiration légère. Décidément, je délirais. Cette chose était vivante. Je ne me l’expliquais pas. Et au final, je m’en fichais. Parce qu’elle était venue à moi, bien que j’ignorais comment et pourquoi. Peut-être avait-elle perçu ma profonde et pesante solitude ? Je sentis alors quelque chose de chaud dévaler mes joues. Des larmes. Cette sensation m’avait été si familière que je ne m’étais pas aperçue que je pleurais. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Je ne comprenais pas. J’étais pourtant persuadée d’avoir atteint mon quota. A tel point que j’étais devenue vide. Plus d’émotion. Plus de sentiment. Seulement un sombre voile m’entourant le cœur. Mon regard brouillé se porta sur la créature que je tenais contre moi. Son apparence extérieure ne laissait rien percevoir. C’était juste… lumineux. Pourtant j’étais persuadée qu’elle me regardait également. Rapprochant mon visage du sien, je la serrais légèrement dans mes bras en fermant les yeux comme pour me lier à elle. Je sentis alors une puissante vague monter en moi et prendre possession de chaque parcelle de mon corps fébrile. Une lumière que je semblais émettre envahit le lieu où nous nous trouvions. Si forte elle était ! Et pourtant, elle était apaisante. Je me sentais comme libérée. Je ne sus à cet instant ce qu’il se passait en moi. C’était en réalité mon élément qui se manifestait pour la première fois. J’eus le sentiment de l’avoir contenu tout ce temps sans même en avoir conscience. Puis levant mon visage, je découvris une multitude d’êtres luisants voletés autour de nous. Leur légère clarté m’apparut comme un phare dans l’obscurité de mon âme. Quel merveilleux spectacle ! Ils me semblèrent si lumineux, si purs, et si nombreux que je n’aurais pu les compter. J’eus l’étrange sensation d’être soudainement soulagée d’un poids. C’était comme si ils me guérissaient. Non pas d’un mal de la chair. Mais d’un maux de l’âme. Je sentais enfin ma peine s’apaiser. Elle était encore là bien sûr. Mais plus supportable. Plus légère. Troublée, j’eus l’impression de renaitre. Enfin je la voyais, cette lumière à l’orée de ma tourmente. Ma lumière. Elle m’avait attendu tant de temps. Je pouvais l’atteindre, laissant au passé ce qui lui revenait. Posant de nouveau mes prunelles sur la créature, un sourire mêlé de larmes se dessina aux coins de mes lèvres. Merci d’être venu à moi.

Des années passèrent. Le monde avait trouvé un semblant d’équilibre. Une plaisante paix de façade qui paraissait presque effacer un passé teinté de rouge encore présent dans certaines mémoires, sans doute trop rares. Moi je m’en souvenais avec bien trop de clarté. Mais une page s’était tournée. Je m’étais déliée des chaînes du passé. J’avais enfin pu avancer. Et je n’étais plus seule. Je ne le serais plus jamais. Sora était à mes côtés. La créature informe et chétive qui m’était apparue autrefois était devenue forte et majestueuse. Nous étions liés. De ma magie il était né. Sans en avoir conscience ce jour-là, je l’avais créé. Je lui avais donné la vie, il avait sauvé mon âme. En lui, je puisais courage et volonté. A ses côtés, je repris gout à l’existence et à ses joies que jadis je ne voyais plus. Je ne me rendais nulle part sans lui, car il faisait parti intégrante de mon être. Il était ma lumière. Il était devenu mon allié, mon confident, mon protecteur. Ma famille. Car loin des miens, j’avais reporté toute mon affection sur Sora. La vie au sanctuaire avait été bien plus douce qu’à ses débuts. Sans doute car j’avais fini par l’apprécier, enfin. Je m’étais profondément attachée à cet endroit. Je connaissais les environs mieux que quiconque. Bien que je ne pouvais m’en éloigner véritablement, il me prenait d’aller vagabonder de temps à autres. Mais toujours je revenais. Car c’était devenu mon refuge. J’y avais grandi. J’y avais tant appris. J’étais heureuse, sincèrement. Je me sentais profondément connectée au monde sans vraiment en faire partie pour autant, car le lien avec la magie y était très fort. Je la sentais en moi, circuler à travers moi. Je ne pouvais rêver meilleur endroit pour m’exercer à la maîtrise de mon élément. La Lumière. Doucereuse étincelle chatoyante. Enivrante. Exaltante. De jour en jour, je progressais. Peu à peu, je révélais un potentiel insoupçonné. Cet élément me comblait, car il me faisait définitivement quitter l’obscurité de mes noires pensées. Je n’étais plus que clarté. J’irradiais. Je délaissais ma prison de solitude. Souvent il me plaisait d’aller à la rencontre des voyageurs de passage au sanctuaire. Quand je le pouvais, je les aidais. Par des paroles. Par des gestes. Par ma magie. J’aimais tant qu’ils me content leurs aventures, ou bien leur misère. Qu’ils soient riches ou qu’ils soient pauvres, dans la joie ou la peine. Car ici, tous sont égaux. Ils venaient dans l’espoir d’être soignés. La plupart voyaient leur souhait exaucé. J’étais si heureuse de les voir aimer ce lieu autant que moi. Comme si il était hors du temps et de l’espace. Tout semblait avoir meilleure saveur ici. Paisible. Tel un véritable cocon nous baignant dans une atmosphère si pure et douce pour être amenée à durer. Mais j’étais trop jeune pour m’en rendre compte. Trop inconsciente pour voir l’ombre au loin qui planait. Ici, j’étais épargnée des monstruosités de l’extérieur. Je me sentais protégée, aimée, choyée. Mais là n’était pas ma véritable place, même si je l’avais si ardemment désiré.

Ainsi, à l’aube de ma majorité, je reçus un message de mon père. Après tant d’années passées loin de lui, il me rappelait à ses côtés. Mon frère avait achevé sa formation d’Aëriths avec les honneurs. Il allait désormais être affecté à notre garde. Je fus prise de court. Comme déconcertée. Tant de pensées se bousculaient dans mon esprit. Tant d’émotions contradictoires venaient s’entrechoquer dans mon cœur. Je n’aurai su dire si j’étais heureuse de cette nouvelle que j’avais pourtant tellement attendue. Je n’y avais pas été préparée. Au sanctuaire, j’avais finalement réussi à trouver mon équilibre. Et soudainement, me voilà contrainte de laisser tout ceci derrière moi. Inquiète. Nerveuse. Tourmentée. J’avais si peu vu ma famille depuis notre séparation qu’avec le temps écoulé je craignais que nous soyons devenus des étrangers. Je me sentais scindée en deux. Je ne voulais pas quitter mon refuge. Mais je brulais d’envie de retrouver les êtres qui m’étaient chers. Le choix fut pourtant simple, car je n’en avais pas. Je devais rejoindre la capitale.

C’est ainsi que je dus faire mes au revoir au sanctuaire de mon enfance. Je fus touchée par les chaleureux, mais non moins tristes, adieux qui me furent réservés. Jetant un ultime regard en arrière, je me promis que ce serait le dernier. Car je me devais de toujours regarder droit devant. Le passé était et restera pour moi comme une lame implacable n’hésitant pas à me transpercer de nouveau au premier signe de faiblesse. Même si quitter cet endroit où j’avais à la fois tant souffert et où je m’étais finalement pleinement épanouie était un véritable déchirement, je ne devais pas m’agripper au passé ni refouler l’avenir. Car il serait beau et grand. Ou du moins, c’est ce en quoi je voulais croire.

[ En raison de la perte de la fin de l'histoire de Yue à cause d'une panne d'ordi, ci-dessous la suite résumée en attendant de récupérer la version définitive. ]

Yue retrouva son père et son frère à la capitale. Les retrouvailles furent émouvantes et bouleversantes pour chacun d’entre eux.  Yue s’acclimata doucement à sa nouvelle vie. Elle s’intéressa à la politique, à la diplomatie, et tout ce que cela comporte. Tel que l’art de converser, l’art de paraitre, et bien entendu, développa une certaine finesse d’esprit. Sans le savoir, son père fit en sorte de l’initier pour prendre sa suite. Il savait sa vie en danger, tout comme celle de sa fille et de son fils. Mais elle, l’ignorait… Un soir, le père de Yue l’a fit appeler dans son bureau. Après quelques formules échangées sans grand intérêt, il en vint au cœur du sujet. Il lui expliqua tout ce qu’il lui avait toujours caché. L’assassinat de sa mère, les auteurs de cette horreur, et leurs motivations. Yue découvrait stupéfaite qu’elle était elle aussi, depuis son plus jeune âge, en danger de mort permanent. Et que c’était là la raison de sa mise à l’écart durant toute son enfance. Que son père n’avait toujours pensé qu’à sa sécurité et son bien-être. Qu’aussi longtemps que cela était possible, il avait souhaité pour elle une vie paisible et heureuse, bien que solitaire car loin de sa famille. Yue se prenait la vérité violemment. Mais ce mal nécessaire fit définitivement disparaitre de son cœur toute forme de rancœur envers son père. Elle comprenait, et par une tendre étreinte, fit également s’envoler la culpabilité de son père. C’est sans doute ce jour-là que Yue se rallia pleine et entière à la cause de son père. Car même si c’était en raison de ce combat que sa famille fut brisée par le passé, cela valait cette peine. Parce que Yue savait la souffrance que le peuple pouvait éprouver, et sa vulnérabilité face aux puissants de ce monde. Elle l’avait vu. Plus encore, elle l’avait vécu par l’intermédiaire des âmes en peine qui se rendaient au sanctuaire. Les convictions de son père étaient maintenant siennes. Yue était persuadée œuvrer pour un avenir meilleur, en éloignant du Conseil les intentions malveillantes qui le pourrissaient de l’intérieur depuis déjà bien trop de temps. C’était un noble sacrifice, mais ce n’était que le premier…

Quelques années plus tard, alors que Yue s’apprêtait à regagner sa chambre, elle fit la plus horrible des découvertes. Son père, gisant. Inerte. Si pâle. Et ce liquide carmin qui l’enveloppait, le recouvrait. Du sang. Il ne répondait à aucun de ses innombrables appels. Il ne réagissait pas quand elle se mit à le secouer en vain. Les larmes envahissaient le visage de la jeune fille. Il n’y avait plus aucune étincelle de vie dans le regard vide de son père. Ce regard qu’il posait si souvent sur elle, fière et aimant. Ce regard qui la rassurait, qui l’apaisait. Ce regard qu’elle aimait tant. Plus jamais elle ne le reverrait. Ses sanglots se mêlèrent au tonnerre grondant au dehors. Comme si l’univers entier pleurait lui aussi cette terrible perte. Yue était si bouleversée qu’elle ne vit pas l’ombre derrière elle. Cette silhouette annonciatrice de mort. La faucheuse était de retour et cette fois, une vie ne la satisferait pas.

L’orage s’était enfin apaisé. L’aube apparaissait timidement à l’horizon. Yue émergea de ce qui lui sembla être un sommeil particulièrement profond. Elle clignait des yeux, perdue. Ses prunelles se posèrent sur tout ce qui captait son regard dans la pièce. Au sol, une trace rougeoyante. Un flash ! Yue se rappela d’un corps. D’un mort. Son père. Mais sa dépouille avait disparue. Puis ses yeux se posèrent sur sa robe. Ecarlate elle aussi. Que s’est-il passé ? En se relevant, Yue aperçut son reflet sur la fenêtre. Ses cheveux avaient perdu leur couleur pour devenir aussi immaculés que le manteau hivernal. Yue ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Etait-elle en train de rêver ? Puis des voix se firent entendre dans le couloir. Sans comprendre pourquoi, Yue prit peur. Son instinct lui hurlait de fuir au plus vite. Agissant spontanément, elle alla hâtivement à la fenêtre et l’ouvra. Grimpant sur le rebord, elle se laissa tomber dans le vide. Non elle ne s’écrasa pas. Car des ailes naquirent dans son dos. Un ange. Voilà ce que Yue était maintenant. Elle aussi était morte cette nuit-là.

Yue se rendit sans même y réfléchir au sanctuaire de son enfance. C’était là son dernier refuge. Elle s’y savait en sécurité. Elle avait besoin de comprendre. Elle était complètement perdue. Chamboulée. Il lui fallait faire le point. Sa nouvelle condition la fatiguait très vite. Elle se sentait faible, défaillante. Renaître est une épreuve éprouvante. On ne revient pas ange sans contrepartie.  Des images de cette nuit se bousculaient et s’entremêlaient dans sa tête. Tout était si flou et confus. Il lui fallut plusieurs semaines pour se remettre de tout cela. Pour se relever de ce nouveau traumatisme. Pour retrouver ses forces, et ses esprits. Après tant de temps à passer à penser, Yue prit une décision. Elle se rappelait les mots de son père. Ceux qui l’avaient convaincu de se joindre à lui. Ils raisonnaient de nouveau en elle, au plus profond de son être, de son âme, tel un écho. Elle devait revenir à la capitale pour continuer l’œuvre de son père. Et mettre un terme au complot qui se dissimulait derrière ce double assassinat. Cela devenait son but. Mais il y avait une chose que son esprit avait malencontreusement effacée. Son unique famille restante. Son frère. Et c’est d’une manière totalement imprévue qu’il allait se rappeler à son souvenir…

Son retour à la capitale fit grand bruit. Après la mystérieuse disparition de son père et de son frère, tout le monde croyait Yue disparue elle aussi. Certains au Conseil avaient le plus grand mal à ne pas grincer des dents. D’autres se réjouissaient sincèrement. Yue réclama la place de son père parmi les dirigeants. Ce fut la cause de nombreuses et houleuses discussions. Au grand damne de ses détracteurs, sa requête fut finalement acceptée. Yue appartenait maintenant pleinement aux dirigeants du Conseil, en dépit de son jeune âge, et avait les moyens de poursuivre son objectif. Ses partisans croyaient en le bien-fondé de la volonté de son défunt père, et pensaient que sa progéniture suivrait le même chemin. Du sang neuf ne pourrait que faire du bien. Yue se délectait de cette première victoire contre ses adversaires. Car c’était une petite avance que la jeune femme prenait sur les assassins de ses parents. Mais cela ne fut que de courte durée… Un mot anonyme lui fut parvenu quelques temps plus tard. Ce message se voulait ostensiblement menaçant. Mais ce n’était pas son ton qui inquiéta Yue. Mais son contenu. Car il était fait mention de son frère. Ce frère qui lui aussi avait disparu la fameuse nuit. L’ange se souvint soudainement de son visage. De son sourire, de ses yeux. Elle l’avait cru trépassé lui aussi. Car il n’y avait eu aucune trace de vie de sa part depuis des semaines. Rien qui aurait pu lui laisser espérer quoi que ce soit. A tel point qu’elle l’avait inconsciemment chassé de son esprit. Mais ce message entre ses mains affirmait qu’il était en vie. Cela aurait dû réjouir Yue, si seulement il n’était pas entre les griffes de ses agresseurs. Car c’étaient ces monstres assassins qui le retenaient. Sans doute avaient-ils espéré l’utiliser pour servir leurs sombres dessins. Malheureusement, Yue vivante leur faisait obstacle. Alors c’est un plan plus vil encore qu’ils avaient médité. Se servir du frère de Yue contre elle, pour la manipuler à leur guise. Prisonnière de leur débectable machination, la jeune femme se sentait coincée, prise au piège. La vie de son frère lui était plus précieuse que la sienne. Elle l’avait cru perdu, et le savoir vivant l’empêchait de renoncer à nouveau à lui. C’est ainsi qu’elle devint une marionnette contre son gré.


Capacités / Armes

Ailes angéliques ☾ Tout le monde possède un trésor, quelque chose d’unique et précieux. Inestimable à ses yeux, jalousement gardé. Pour l’ange, ce sont ses ailes majestueuses qui font de lui ce qu’il est, un être céleste. Car ce sont les cieux, source de tant de rêves et d’espérance, dont il lui est fait don. Il possède un bien inégalable, la liberté. Le ciel, dans son infinité la plus parfaite, lui appartient désormais. Qu’existe-t-il de plus désirable en ce monde ? Sans doute bien peu de choses. Cela, Yue en a conscience. Elle chérit profondément ses attributs angéliques. Nulle autre sensation n’égale celle du déploiement de ses ailes afin de conquérir les airs. Indescriptible émotion qui surgit alors pour embraser son corps tout entier. Sans doute faut-il pouvoir le vivre pour le comprendre.
Ces ailes, Yue les dissimule habituellement quand leur usage est inutile. Car malgré leur magnificence et leur puissance certaine, il n’est pas si aisé de les employer. Cela devient prestement épuisant et contraint Yue à se poser si elle ne veut pas risquer le malaise. Voler n’est pas inné. Un ange récemment éveillé doit dompter ses propres ailes, de la même façon qu’un nouveau-né devra apprendre à marcher. Cela demande de la patience, de la concentration, et de la résistance.

Beauté enchanteresse ☾ N'est-il pas dans la nature de tout être de se faire aisément berner par ce qui enchante le regard et réveille le feu dans la poitrine ? C'est cela même l'une des plus grandes faiblesses de ce monde, celle du cœur. Véridique est ce qui se chuchote sur la beauté des anges. Si pure que même la plus belle des roses semblerait bien fade en comparaison. Une aura chatoyante semble envelopper Yue, et alors les regards sont irrémédiablement attirés. Nul ne saurait dire ce qui fascine tant en elle au point de laisser filer le temps, mais rares sont ceux à y rester de marbre. Ses prunelles, sa chevelure, sa voix, jusqu'à son odeur. Tout en elle semble plaisant. Cette apparence angélique, c’est là sa plus grande duperie. Qui pourrait bien se méfier de l’ange ? Car inoffensive elle parait. Fort malavisé serait celui qui le croirait. Sans même en avoir conscience, il deviendrait le prisonnier de sa volonté. Facile il devient d'obtenir ce qu'on désire de quelqu'un dont la raison est réduite à néant tant la fascination le gagne. Ne dit-on pas que la beauté est une arme ?
Et pourtant qu'il est plaisant d'être admiré et complimenté. Yue aime cette trompeuse émotion éphémère qui lui donne l’impression d’exister, de compter. Un bref moment où elle ne se sent plus seule. Elle n’est plus malmenée ni bafouée. Elle sait pourtant que tout ceci n’est qu’un mensonge, qu’une illusion qu’elle s’est évertuée à créer. Elle s’y complait le temps que ça dure, attendant fatidiquement le retour à la réalité. Car nécessaire est le lien visuel pour que la fascination naisse. L’enchantement s’évanouit si les yeux de sa victime la quittent. Alors la magie s’estompe, et le doux songe s’effrite.

Création & contrôle de la Lumière ☾ Il n’y a là rien de surprenant pour le commun du monde à ce que la lumière soit la compagne d’un ange. Tous deux forment en effet bien souvent une paire harmonieuse. Car bienfaiteur parait être cet élément et il s’accommode à merveille à l’image doucereuse que l’on a d’un ange. Il est vrai que la lumière permet le soin. Yue a développé son élément en ce sens à l’origine, quand elle se trouvait au sanctuaire. Elle peut ainsi soigner, ou au moins soulager les blessures non mortelles par l’apposition de ses mains. Plus la blessure est grave, plus cela demandera du temps et de l’énergie. Si Yue force trop, elle s’évanouira. Tenter de soigner une blessure mortelle pourrait même lui être fatal.
Un atout méconnu de la lumière concerne l’esprit. Par son regard plongé dans celui d’un autre, il est également possible à Yue d’apaiser les âmes tourmentées. Elle ne fera pas disparaitre la souffrance, la tristesse ou la haine, mais pourra l’adoucir. La rendre supportable.
La lumière permet évidemment aussi d’éblouir toute personne ou créature se trouvant à proximité. C’est sans doute ce qui lui est le plus aisé.
Ce qui apparait comme le plus notable dans l’usage que Yue fait de son élément est sa création principale, son familier. Car la lumière est aussi une magie créatrice, capable même de donner la vie. Bien qu’involontaire au départ, Yue peut maintenant faire apparaitre des « créatures » constituées de lumière (voir ici). D’ordinaire, elles demeurent immatérielles, fugaces. Parfois informes ou bien prenant une apparence animale. Mais une fait exception, Sora. Car Yue s’est exercée toutes ces années durant pour donner une réelle consistance et une volonté propre à Sora, bien qu’elle soit une part d’elle-même. Désormais, il peut être considéré comme une créature à part entière, à la différence près qu’il n’est pas fait de chair et de sang. Il n’est pas rare de voir Yue à l’écart du monde, en compagnie de ses créatures. C’est sa façon à elle de se sentir entourée, de tromper la solitude.
Enfin, tout comme les ténèbres attirent à eux, la lumière repousse. En cela, elle est un formidable moyen de défense car Yue peut repousser tout type d’attaque. Cela se traduit par une violente libération de lumière provoquant un « souffle » autour d’elle. Il faut à Yue beaucoup d’énergie pour maintenir ce souffle afin de repousser des attaques à répétition ou de grande envergure. Il est aussi bien plus éprouvant de protéger plusieurs personnes qu’elle uniquement.
Mais la dangerosité de cet élément se situe ailleurs. Car la lumière est aussi une arme redoutable. Malheureusement, Yue n’a jamais véritablement cherché son emploi en ce sens. Elle ne contrôle pas cet aspect de son élément qui peut se manifester au hasard de ses émotions. Aussi elle ignore tout des ravages que sa magie peut faire si elle en perdait le contrôle...
La contrepartie d’être la détentrice de la lumière est que Yue est naturellement luminescente. Cela fait d’elle une cible de choix car peu importe où elle se trouve, on la voit. Il lui est impossible de passer inaperçue ou de se dissimuler. C’est paradoxalement aussi ce qui intrigue le plus en elle.



Joueur

PSEUDO / PRÉNOM ∆ Yue
AGE ∆ 23 ans

EXPÉRIENCE EN RPG ∆ Quasiment une dizaine d'année  Keurkeur

COMMENT TU NOUS A TROUVÉ ∆ En cliquant de partenariat en partenariat !
AS-TU DES CHOSES A SIGNALER ∆ J'ai eu comme un coup de cœur pour le fow que je ne saurais pas vraiment expliquer alors me voici !  Nuange
Je trouve juste un peu dommage de pas avoir une bannière plus "grande" qui inciterait à rentrer dans l'univers magique du fow **

CODE DU RÈGLEMENT ∆ Validosh par Moustachos Huhu


©️️ World of Vasterya
Revenir en haut Aller en bas

[ MODÉRATRICE ]
» Membre du Conseil & Rebelle «

avatar
Date d'inscription : 21/07/2017
Messages : 70
Kahos : 1479

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre du Conseil & Rebelle «

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 6 Nov - 5:01

Bienvenue Yue. ♥️

Déjà j'adore ton avatar. Faudra que tu me dises où tu l'as pris. *^*

Sinon bon courage pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésites pas à les poser soit à moi, ou à l'un de mes co-admins, soit Zelef et Shayna.

Au plaisir!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ MODÉRATRICE ]
» Membre des Kardryar «

avatar
Date d'inscription : 07/07/2017
Messages : 144
Kahos : 2273

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre des Kardryar «

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 6 Nov - 8:41

Bienvenue a toi ma chère Yue Huhu

Je plussoie Indys pour le vava et comme elle l'a si bien dit bon courage pour ta fiche et n'hesite pas si tu as des questions c: Je valide egalement ton code du reglement~

_________________



Thanks bae pour le kit heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ FONDATRICE ]
Chef & Elite de la Rébellion

avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 543
Kahos : 2302
Localisation : Derrière toi

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ FONDATRICE ]Chef & Elite de la Rébellion

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 6 Nov - 8:45

Bienvenue à toi Yue !
Très bel avatar effectivement !

J'attends de voir ta fiche complète pour connaître un peu plus ton personnage et pouvoir t'accorder une place dans les Dirigeants du Conseil Please
En tout cas, bonne chance pour tout !

Par contre, je ne comprends pas trop ce que tu veux dire par là :
Citation :
Je trouve juste un peu dommage de pas avoir une bannière plus "grande" qui inciterait à rentrer dans l'univers magique du fow **

Sinon, merci pour tes compliments LoooveU2 Keurkeur

_________________


Shayna parle en #9E0E40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 6 Nov - 21:24

Ohhh merci pour votre accueil, ça me fait super plaisir Keurkeur

Indys > Mercii ! Il vient du dessinateur Hiba_tan, je l'ai découvert récemment et j'ai eu un gros coup de cœur sur cette image, je suis heureuse de pouvoir l'utiliser pour un personnage **
Ton vava aussi est splendide ! (qu'est-ce qu'on est beau au Conseil *A* /meurt/)

Zelef > Merci beaucoup pour le compliment et les encouragements Superman

Shayna > Mercii ! LoooveU Au sujet du poste de dirigeant, avant de risquer de faire une gaffe, je vais vous soumettre mon idée de perso dans la partie des questions pour être sûre de pas faire fausse route !
Pour ce que j'ai dit sur la bann, je pense que ça vient aussi beaucoup de mes "habitudes" de roliste, j'ai toujours connu des fow avec une bannière plus "imposante" qui faisait rentrer dans l'univers du fow en donnant le ton (avec un fond, un "décor", une contextualisation par l'image, une ambiance qui ressort, etc.), un peu comme la couverture d'un livre qui te donne envie de le lire. Du coup je trouvais que ça manquait, vu comment le fow est beau tant au niveau des couleurs que du choix des images des lieux, etc., la bannière me parait trop "discrète". Je sais pas si tu vois où je veux en venir ? Mais enfin, rien de grave bien sûr ! Ce n'est que mon avis wu

Encore merci pour vos messages, j'ai super hâte de finir ma fiche Happy
Revenir en haut Aller en bas

[ FONDATRICE ]
Chef & Elite de la Rébellion

avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 543
Kahos : 2302
Localisation : Derrière toi

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ FONDATRICE ]Chef & Elite de la Rébellion

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 13 Nov - 9:10

Coucou, je viens aux nouvelles de ta fiche.

Est-elle terminée ? N'hésites pas à poster dans ce sujet : Signaler une fiche terminée afin que nous puissions passer sur ta fiche (en ayant la confirmation du coup, que tu l'as terminée)

Merci à toi lovelove

_________________


Shayna parle en #9E0E40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/

» Voyageuse «

avatar
Date d'inscription : 28/09/2017
Messages : 145
Kahos : 1364
» Voyageuse «

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 13 Nov - 11:32

Bienvenue Yue, bonne validation :3

_________________

Merci à Shayna pour ce sublime kit :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Lun 13 Nov - 21:00

Shayna > Helloow ! ballonamour
Non ma fiche est pas encore finie, l'histoire va doubler de volume (oui oui tu auras de la lecture °^°)
Et j'ai encore le contrôle de la Lumière de Yue à développer !
Je te préviendrais quand j'aurai tout bien terminéé !

Zahir > Merciii Keurkeur
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Mar 14 Nov - 18:43

Bienvenuuuue et bon courage pour ta fiche !

Au plaisir de la lire ! Superman
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Mar 14 Nov - 22:33

Mercii beaucoup Arthur Keurkeur (Si tu la lis, j'espère qu'elle te plaira o/)
Revenir en haut Aller en bas

[ MODÉRATRICE ]
» Membre du Conseil & Rebelle «

avatar
Date d'inscription : 21/07/2017
Messages : 70
Kahos : 1479

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre du Conseil & Rebelle «

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Sam 2 Déc - 16:16

Hello très chère ♥️

Alors, je suis passée sur ta fiche et, autre que les quelques petites fautes d'orthographe (que j'assume sont d'inattention puisque tu n'en fais pas beaucoup), tout me va. Tu as donc ma bénédiction!

Ne reste plus qu'à attendre ta validation par Shayna. Elle est plutôt occupée ces derniers temps, alors il est possible que cela prenne un petit moment. Mais ca ne devrait pas tarder de trop.

Bon courage et au plaisir de RP avec toi ♥️ :3

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Sam 2 Déc - 20:22

Coucouu future consœur ballonamour
Merci pour ta bénédiction ♥️
J'en ai profité pour faire une ultime relecture et je pense que cette fois il n'y a plus de faute /o/

Hii j'ai hâte oui ! Au plaisir aussi de rp avec toi prochainement °u°
Revenir en haut Aller en bas

[ FONDATRICE ]
Chef & Elite de la Rébellion

avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 543
Kahos : 2302
Localisation : Derrière toi

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ FONDATRICE ]Chef & Elite de la Rébellion

MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   Mar 5 Déc - 10:02


Validation de la fiche !
Analyse de la fiche





Et coucou ! LoooveU2

Après analyse et lecture de ta fiche, j'annonce que celle-ci est validée ! Bravo pour ta validation ! Keurkeur
Mais avant que ton aventure dans Vasterya commence, tu as encore quelques petites choses à faire. Rassures-toi, ce n'est pas bien méchant wu

► Remplir les champs du profil & la fiche de personnage (Obligatoire)
► Recenser ton avatar → www. (Obligatoire)
► Faire ta fiche technique → www. (Obligatoire)
► Créer ton journal de bord → www. (Ce n'est pas obligatoire)

Une fois tout ça fait, tu peux donc :

► Créer ta demande de RP → www.
► Créer ta demande de relations → www.
► Signaler une absence → www.
► Aller flooder → www.

Bon jeu sur World of Vasterya !
Si tu as la moindre question, le staff est là. Superman

©️️ World of Vasterya

_________________


Shayna parle en #9E0E40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: YUE ☾ an angel fallen from the sky   

Revenir en haut Aller en bas
 
YUE ☾ an angel fallen from the sky
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fallen Galaxy
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» Angel découvre la bibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Vasterya :: Gestion du personnage :: Fiches de présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: