RPG Héroïc-Fantasy
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Recherches des prédéfinis.

Nous avons quelques prédéfinis qui n'attendent plus que vous !
Serez-vous tentés pour incarner l'un d'eux ?


Partagez | 
 

 Éloïse Kiana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

» Membre de la Rébellion «

avatar
Date d'inscription : 08/04/2018
Messages : 9
Kahos : 433
Age : 28

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Membre de la Rébellion «

MessageSujet: Éloïse Kiana   Lun 16 Avr - 0:59


Éloïse Kiana
Straight as an arrow


23 ANS - ANGE - REBELLE – ARCHER



NOM ∆ Kiana, ce qui signifie « Ancient ».
PRÉNOM ∆ Éloïse… Un souhait de ses défunts parents, puisque ce prénom présage une figure renommée en bataille.
AGE ∆ 23 ans
SEXE ∆ Féminin
ORIENTATION SEXUELLE ∆ Hétérosexuelle

RACE ∆ Ange
CLASSE ∆ Archer
GROUPE ∆ Rebelle
CLAN ∆ Ragnilde, désormais éteint, était un symbole de guerriers faisant un sage usage de la force.
MONTURE ∆ Aucune; elle n’en voit pas l’utilité, quand elle peut simplement prendre ses ailes pour voler.
FAMILIER ∆ Aucun pour le moment

__________

TAILLE ∆ 5’’4 / 1,52m
COULEUR DES YEUX ∆ Gris/Bleu
COULEUR DE CHEVEUX ∆ Roux

STYLE VESTIMENTAIRE ∆ Sa préoccupation principale au niveau vestimentaire est simple : l’utilité avant tout. Elle n’a aucun intérêt pour toutes ces babioles brillantes servant à adorner les habits. Si un item est pour l’empêcher de fonctionner efficacement, elle n’en veut tout bonnement pas dans son inventaire. Éloïse préfère de loin s’attriquer d’une tunique se fondant dans le décor et qui n’encombre pas ses mouvements, avec une bonne vieille paire de pantalons. Au besoin, elle revêtira gants, brassards et cape avec capuchon. De hautes bottes de cuir sont également de mise lors de longues journées à chasser ou à voyager.
SIGNES PARTICULIERS ∆ De larges cicatrices de brûlure parcourent le bas de son dos, descendant le long de sa hanche gauche.



Caractère


Éloïse n’est pas une femme compliquée, loin de là. Honneur, courage et discipline, voici les principes qui lui tiennent le plus à cœur. Élevée dans un milieu strict, elle a appris à être pragmatique. Elle ne se berne pas : il faut trimer dur et persévérer si on veut atteindre ses buts. Elle tire fierté de son autonomie. Il n’y a aucun problème qui n’a pas de solution et elle est suffisamment futée pour trouver une réponse. Elle n’a pas peur d’essayer diverses tactiques afin de résoudre les difficultés qui se dressent sur son chemin. Heureusement que la logique est sa compagne de vie! Personne ne pourra dire que l’ange n’est pas débrouillarde.

Elle n’a pas peur de l’adversité, quitte à devoir souffrir, ce faisant. Tout malaise n’est qu’un état temporaire et Éloïse refuse de se laisser limiter par un moment inconfortable. Il va sans dire qu’elle est brave… pour ne pas dire têtue, parfois. « Non. » n’est pas une réponse qu’elle accepte. Elle persévérera tant qu’elle n’obtiendra pas le résultat voulu. Elle ne manque certainement pas d’audace. Elle sait quand elle doit prendre un risque calculé… ou quand une situation est hors de son contrôle et qu’elle doit simplement se concentrer à réagir convenablement.

Étonnamment, malgré son emploi du temps, la rouquine a un sens de la communauté. Elle est de ceux qui croient que la magie devrait être partagée entre tous et chacun. De quel droit peut-on déterminer qui peut faire usage de magie ou non? Elle ne se fait pas d’illusion qu’il y a corruption au sein du Conseil, ce qui détruit le fragile équilibre de la magie au sein de Vasterya. Cela découle sans aucun doute de son éducation, où la collectivité se soutenait en toutes circonstances et où on préconisait un usage pragmatique autant de la force que de ladite magie. Elle croit, possiblement à tort, que le monde serait meilleur s’il y avait un meilleur partage des ressources, ainsi que du pouvoir.

Il ne faut toutefois pas abuser de la confiance qu’elle daigne rarement accorder; Éloïse a une excellente mémoire… Ce qui n’est pas toujours la meilleure chose lorsqu’on est une personne rancunière. Il s’agit encore moins d’un avantage lorsque le regret d’une vie passée honte chacun des moments de son existence.


Histoire

Il y a de cela de nombreuses années, une quantité époustouflante de neige tombait mollement en de larges flocons sur un village niché dans le creux de hautes montagnes. Un vent se trimbalait lâchement des sommets jusqu’aux plus petites brindilles d’herbe au sol. Une grand-mère frissonnait, replaçant son châle, et pressait sa descendance à continuer son chemin. Un artisan non loin admirait une perdrix blanche festoyer dans un tas de graines sous les épinettes bleues, puis sourit lorsque sa compagne ailée prit son envol en direction de la forêt après avoir été surprise par un éclat de bruit soudain. Des rires résonnaient ici et là, un groupe d’adolescents torses et pieds nus pariant entre eux que les autres ne courraient pas aussi longtemps dans le froid qu’eux, tandis que de bons vieux amis bavardaient autour d’une bonne bière froide dans la taverne locale. Le boulanger savourait son thé au jasmin, tout en fermant les yeux afin de mieux entendre le craquement de ses miches fraîchement sorties du four. Des femmes étaient assises en cercle dans la salle communautaire et tricotaient joyeusement des couvertures colorées, discutant indéniablement de l’arrivée soudaine de l’hiver. Tout compte fait, le ciel gris n’obscurcissait en rien les activités quotidiennes des Ragnilde.

La même chose pouvait être dite pour les Kiana, qui ne désiraient en rien se priver étant donné les précipitations. Au contraire, l’homme de la maison maniait fièrement sa hache dans le but d’abattre un arbre ayant atteint la fin de son existence. Sa bien-aimée, quant à elle, se berçait doucement, les mains sur son ventre rond. La future mère méditait sur le cycle de la vie, qui s’appliquait à toute chose, puis ne pouvait s’empêcher de se questionner sur le miracle qui se formait tranquillement en elle. L’esquisse d’un sourire se forma sur ses délicates lèvres… jusqu’à ce que son monde entier bascule. Tout se déroula si rapidement… si… lentement… qu’elle perdit toute notion de temps. Son époux laissa tomber son outil dès qu’il entendit le premier gémissement de sa compagne. Il fut le rocher au centre d’une tempête de mouvements, gémissements et émotions fortes. Jamais sa main ne lâcha celle de la femme qui partageait sa vie; jamais ne cessa-t-il de lui susurrer des paroles empreintes de réconfort. Ses bonnes actions et sa patience furent récompensées au centuple puisqu’il ne devint pas le père d’un seul enfant… mais bien de deux poupons. La nuit tomba sur les Kiana, tenus émerveillés à la fois par les pleurs des jumelles que par la tournure d’une journée hivernale loin de l’ordinaire.

⊂( ̄(エ) ̄)⊃


Les quatre dernières années furent témoins de nombreux changements et laissèrent place à une époque d’incertitude. Les Ragnilde faisaient face à un ennemi remarquable, qui ne cessait d’envoyer ses forces contre ses membres. Ces derniers étaient sans cesse sur leur garde… Que faire d’autre lors d’une époque pareillement dangereuse? Il n’était pas question que le Chaos soit permis de ramper librement en leur territoire. La solidarité des villageois ne fut que décuplée par les diverses adversités les frappant, l’une à la suite de l’autre. Leur fraternité devint leur force; on veillait toujours à ce que son voisin ne manque de rien et soit en sécurité le soir venu.

Les enfants étaient particulièrement au centre de l’attention de leurs aînés. C’est pourquoi on les regroupait fréquemment à la salle communautaire, ainsi il était plus facile de garder un œil sur la marmaille collective. Toutefois, cette association tricotée serrée ne faisait pas l’affaire de toutes les progénitures. Une fillette à la chevelure enflammée en particulier éprouvait un désagrément important à se sentir enfermée. Éloïse de son prénom, l’aînée des Kiana de quelques minutes, abhorrait férocement l’interdiction de pouvoir se démener sous le ciel bleu et sur le sol recouvert de verdure. Roulant les yeux sous le calme imperturbable de sa cadette Erin, elle ne pouvait faire autrement que se languir de l’air frais dans ses cheveux, du soleil réchauffant son visage, de la nature lui chantant la mélodie de la vie. Elle songeait à l’arc de son paternel, qui trônait dans la salle d’armes de leur demeure. Elle revoyait sa dernière séance d’entraînement – pour autant qu’une fillette de son âge pût se familiariser avec les bases du combat – comme si elle y était encore.

Il ne suffit que d’un moment d’inattention de la nourrice et de ses pairs pour que la petite peste se glisse à l’extérieur. La rouquine avait bien appris, aux dépends des adultes, la meilleure façon de passer inaperçue. Sans même devoir y réfléchir, elle bondissait d’un coin ombré au mince espace sous un perron, pour ensuite se mettre à couvert derrière un buisson. La façon dont elle faisait peu de bruit était surprenante… Du moins, elle l’aurait été si on avait été en mesure de la surprendre en plein délit. Or, Éloïse parvint à se faufiler dans le boisé en bordure du village. Elle était enfin libre de partir à la recherche de son père! Ce dernier était en service de veille avec quelques compères, ce qui donnait espoir à l’enfant de tomber sur lui dans un avenir prochain. Peut-être lui montrerait-il de meilleures façons d’observer les environs sans se faire détecter?

Son excitation étant à son paroxysme, la petite filait en flèche entre les conifères. Au diable les sentiers, se disait-elle, il était beaucoup plus rapide de couper au travers des arbres pour se rendre à la tour de guet. Le vent et elle ne faisaient qu’un, l’air la mouvant d’autant plus rapidement. Elle s’était rarement sentie aussi vivante de sa courte existence… jusqu’à ce qu’un son retentisse à sa droite! Enfonçant ses talons dans le sol, elle usa de toute sa force afin de sommer son corps d’arrêter à brûle-pourpoint. Elle frôla l’échec d’une halte précipitée, mais parvint à retrouver son équilibre juste à temps. Sa minuscule poitrine se gonflait et se vidait à un rythme aussi vite que sa course; sa tignasse enflammée virevoltait au gré de la brise, quelques mèches s’emmêlant dans ses longs cils. Soudainement, sa langue était devenue pâteuse. Elle pouvait sentir, du haut de ses quatre ans, que quelque chose ne tournait pas rond. Elle était consciente du frisson qui secouait sa colonne vertébrale.

Éloïse demeurait immobile, osant à peine tourner la tête afin d’avoir un meilleur aperçu de son environnement. Elle se remémorait les leçons de son géniteur, qui lui avait mainte fois répéter que « sentir » son entourage pouvait se révéler plus utile que bien des coups d’œil. Il ne fallait jamais ignorer ce que nous criait nos instincts… et, présentement, son instinct lui disait de ne pas se précipiter dans l’immédiat.

Et là! Vers la gauche, derrière elle, le bruit d’une brindille craquant sous le poids d’un autre être vivant! Son cœur s’emballant de plus belle, elle déglutit avec peine et misère. Le temps se mit à passer au ralenti. Elle tourna la tête précautionneusement… même si son for intérieur lui criait de ne pas demeurer sur place une seconde de plus.

Malheureusement, en ce jour frisquet, il n’y eut rien qu’une fillette en bas âge puisse faire face à un guerrier ennemi endurci. Elle n’avait ni la vitesse, ni l’entraînement nécessaire afin de prévenir ce qui allait suivre. À vrai dire, elle vit à peine un éclat de gris et de vert avant qu’elle ne sente une douleur incroyable à sa tempe gauche. Elle eut vaguement conscience de percuter le sol… avant de se mettre à rouler, en même temps que son ventre hurlait de douleur. Elle planta instinctivement ses petits doigts dans la mousse recouvrant le plancher de la forêt. Elle brailla fortement lorsque certains de ses ongles s’arrachèrent à force d’essayer d’empêcher son assaillant de l’attirer vers lui. Une dernière poussée d’adrénaline la poussa à se démener de toutes ses forces…

Ses efforts furent toutefois en vain. Elle se fit trimballer tel un maigre chiffon, auquel on ne porte aucune attention particulière. Ses bras ne parvinrent pas à la faire remonter à la surface, tandis qu’une poigne de fer maintenait sa tête sous l’eau d’un lac situé aux pieds d’une courte chute. Une sensation de brûlure monte dans sa gorge, la poussant à essayer de prendre une bouffée d’air… seulement pour s’étouffer avec ce liquide pourtant si essentiel à la vie. Tout à coup, Éloïse se sent dégagée de toute souffrance. Elle voit tout un univers de lumières dansant autour d’elle. Un profond sentiment de tristesse à l’idée de ne plus revoir sa famille lui déchire les tripes. Sans toutefois comprendre ce qui est en train de se passer, elle ne peut secouer cette impression d’avoir encore tant de choses à accomplir au nom des Ragnilde.

Une quinte de toux la bouleverse soudainement, faisant en sorte qu’elle ouvrit tout grand les yeux. Elle pataugea dans le vide un instant, puis parvint à se redresser dans l’étendue d’eau malgré la panique qui la tourmente. Des éclats de voix familières l’amènent à se retourner. Là, tout droit devant elle, les hommes en service de surveillance la regardent avec des yeux ébahis et des bouches grandes ouvertes… Son père, le plus abasourdis de tous. Aucun signe de l’agresseur qui l’avait emmenée où elle était. L’enfant ne comprenait pas l’expression des adultes… jusqu’au moment où elle baissa les yeux et vit de somptueuses ailes blanches se déployant majestueusement de son dos.

Elle… Elle n’était plus humaine? Elle était devenue un ange? Elle… Non… Elle avait quitté ce monde et on l’avait ramenée? De chaudes larmes se misent à couler silencieusement sur ses joues rougies.

⊂( ̄(エ) ̄)⊃


Le soleil commençait paresseusement à envoyer ses rayons au-delà des montagnes, transformant la rosée au sol en un océan infini de diamants. Tout autant d’étoiles qui brillaient au cœur des yeux bleus d’Éloïse. Cette dernière inspirait l’air frais avec la plus grande fébrilité que pouvait éprouver une jeune fille de six ans. La main rassurante de son géniteur se déposant sur son épaule gauche ne faisait qu’augmenter son bonheur. Elle tenait fièrement son premier arc dans ses mains, arc qu’elle avait reçu pour son sixième anniversaire. Le simple souvenir d’avoir posé son regard sur cette arme faite sur mesure pour elle suffisait afin d’agrandir le sourire sur ses lèvres. Elle se sentait enfin comme si elle était une Ragnilde à part entière.

Clairement, sa sœur ne partageait pas cet enthousiasme pour ce qu’elle qualifiait de cruauté envers les enfants. Elle rechignait qu’il était trop tôt pour être sortie du lit et que la chasse était plutôt faite pour les garçons. Pour sa part, elle aurait grandement préféré être restée à la maison avec leur mère à dévorer l’encyclopédie sur la flore locale. Elle ne tenait pas particulièrement à contribuer à la chasse au carcajou… et ce, peu importe à quel point leur magnifique fourrure pouvait rapporter à la famille.

En réalité, même les protestations d’Erin ne pouvaient en rien gâcher la bonne humeur de l’ange. Il s’agissait d’une étape importante dans la vie des jumelles… soit d’entreprendre leur participation aux activités du clan. Éloïse considérait cette occasion comme étant un honneur. Elle se tenait droite, le torse bombé et un air déterminé accroché à son visage. Il était rare qu’un adulte du clan amène ses progénitures pour une tâche d’une telle importance… Or, le paternel des Kiana désirait que sa descendance soit prête à tout. Si les Ragnilde avaient connu un certain retour à la tranquillité depuis la période trouble ayant mené à la transformation d’Éloïse, cela ne voulait en rien indiquer une paix perpétuelle. On ne savait jamais quand des forces aux intentions néfastes voudraient s’en prendre de nouveau à leur village.

Le père leva sa main en signe qu’il était temps de laisser retomber le silence sur la forêt. Ses deux filles comprirent immédiatement ce signe et devinrent sérieuses. En dépit de toutes les plaintes et de tous les espoirs irréalistes, les jumelles savaient quand il était nécessaire de tout mettre de côté afin de se concentrer. Leur instinct, qui avait été développé via plusieurs années de leçons, leur disait de tendre l’oreille et d’être aux aguets pour tout mouvement au sein de la forêt.

Naturellement, Éloïse suivait son paternel comme si elle était son ombre. Pas question de ne pas être au centre de l’action! Elle lui emboîtait le pas de si près qu’elle se collait à ses jambes à chaque fois qu’il faisait une pause pour écouter. Elle souhaitait voir quelque chose que son géniteur manquerait de sa hauteur. Erin, quant à elle, ne s’était pas laissée aveugler par l’appât du gain. Un faible bruissement de feuilles avait attiré son attention. Dans toute son insouciance de l’enfance, jamais ne lui traversa-t-il l’esprit d’aviser sa famille qu’elle s’éloignait afin d’enquêter davantage. Ce n’était pas comme si elle allait bien loin, n’est-ce pas?

Ce fut sans doute son cri déchirant le silence qui glaça davantage le sang du père et de la fille, à peine quelques mètres plus loin. Ils se rendirent compte à cet instant qu’il manquait le troisième membre de leur trio. Ils se précipitèrent en direction de laquelle provenait les hurlements de la cadette des Kiana. Quelle horreur ce fut de découvrir un carcajou mordre de pleine dents dans les jambes d’Erin, les secouant d’un côté et de l’autre. En deux temps, trois mouvements, Éloïse tira une flèche, qui atterrit tout droit dans le cou de la bête. Celle-ci lâcha immédiatement prise de sa victime, essayant de se débarrasser de cet objet incommodant dans son cou. Malheureusement pour le carcajou, la rouquine n’avait aucunement l’intention de le laisser se sauver… Pas après ce qu’il avait fait à sa sœur! Elle rechargea son arc et sa flèche trouva à nouveau sa cible. Ce fut une question de secondes avant que le carnivore cesse de respirer.

Le paternel, quant à lui, avait tardé à réagir… Autant il avait un sang-froid incroyable et un excellent temps de réaction, autant il fut paralysé par la peur de perdre son enfant. Il avait déjà été horriblement pénible pour lui de faire la paix avec la transformation d’Éloïse deux ans plus tôt; il était aucunement prêt à revivre les mêmes émotions. Il tomba à genou une fois que la menace fut éloignée, épris par le regret envers lui-même. Jamais n’aurait-il dû forcer sa plus jeune à faire une excursion en forêt, alors qu’il savait pourtant très bien à quel point elle préférait le confort de la maison. Il fut toutefois reconnaissant envers sa plus vieille, qui s’était jeté aux côtés de son autre moitié. Déjà, elle déchirait des morceaux de sa tunique dans le but d’arrêter le saignement. Cet acte d’amour fraternel ne tarda pas à lui redonner du courage. Il se leva et se précipita vers ses enfants, prit Erin dans ses bras, puis la famille détala en direction du village.

⊂( ̄(エ) ̄)⊃


Un soleil éclatant trônait dans un ciel d’automne des plus charmants. Ses chaleureux rayons réchauffaient la peau brunie par des années passées à l’extérieur de la jeunesse Ragnilde. Des oiseaux pépiaient à partir des arbres tout près. Quelques écureuils curieux se délectaient de noix, faisant leur sélection de butin à ensevelir pour l’hiver à venir. La poussière dansait sous la lumière vive, virevoltant à chaque fois d’un enfant se mouvait afin d’éviter un cou de la part de son prochain. L’ambiance était légère, voire au plaisir de s’amuser ensemble. Une pointe d’égo était toutefois présente parmi eux, car qui ne voulait pas rentrer chez soi avec le titre du meilleur guerrier du jour?

Éloïse, plus que tous les autres, se vantait qu’elle serait l’heureuse élue aujourd’hui. Elle était persuadée d’avoir le talent nécessaire pour vaincre tous les autres jeunes, fille ou garçon. Et jusqu’à maintenant… il n’y avait pas de preuve du contraire. Elle avait eu le temps d’affiner sa technique de combat corps à corps au cours des trois dernières années. Bien que ce fût son point faible, elle croyait réellement avoir une chance de gagner cette fois. Sa sœur ne cessait de la féliciter de son progrès, commentaires qui valaient tout l’or du monde à ses yeux.

C’était en partie pourquoi elle ne laissait jamais Erin disparaître de son champ de vision. Non seulement elle bénéficiait continuellement de son support, mais cela lui permettait d’avoir l’esprit tranquille. Personne ne pouvait se moquer de l’handicap de la rouquine, qui avait perdu l’usage de ses jambes après sa rencontre fatidique avec un carcajou, tant et aussi longtemps qu’elle était présente. Heureusement, les jeunes du villages avaient fini par se faire à cette circonstance particulière de la cadette des Kiana. En fait, ils en étaient venus à se fier énormément à l’opinion d’Erin. Cette dernière, toute douce et calme, trouvait sans cesse les bons mots pour leur remonter le moral. Elle avait également un don pour remarquer les erreurs que faisaient ses compères et trouvait une façon de leur construire une critique positive. Ce simple fait remplissait sa sœur de fierté mais, surtout, d’humilité.

Au moment présent, Erin observait ses amis avec un aimable sourire sur ses lèvres. Un livre ouvert reposait sur ses cuisses, une page entre ses doigts. Son petit cœur était emplit de bonheur à remarquer tous les coups d’œil que lui lançait sa jumelle. Celle-ci ne l’avait pas abandonnée et, plutôt que de pleurer à la suite du drame, elle lui avait appris à se concentrer sur toutes les bonnes choses de la vie. Ainsi, Erin avait cessé de s’en vouloir de ne pas être une guerrière née comme la plupart des Ragnilde. À vrai dire, elle avait développé une fierté à être une des mieux versées dans la littérature. Elle avait une plume remarquable et aimait bien tenir les « chroniques » de son clan. C’est pourquoi elle se plaisait à noter le progrès de ses amis. Tout pour la prospérité, n’est-ce pas? Après tout, son village et ses habitants regorgeaient d’un savoir et d’une sagesse qui faisaient leur réputation jusqu’à de nombreuses ligues plus loin.

Toutefois, les coins relevés de ses lèvres de la couleur d’une rose au printemps disparurent tranquillement. Ses narines se retroussèrent par à-coup, signe qu’elle détectait une odeur inhabituelle. Son cœur s’emballa dans sa poitrine : elle avait un mauvais pressentiment. Elle cligna des yeux à quelque reprise, sentant un début de larmoiement. Elle se retourna vivement , prenant appui sur une main, négligeant son livre qui venait de tomber au sol. Elle cherchait désespérément à trouver la source de cette odeur qui lui donnait quelques difficultés à respirer. C’est alors qu’elle vit de la fumée qui rampait tout bas, longeant le sol. Ses yeux s’écarquillèrent, se son regard se levant abruptement. Cette fois-ci, elle vit quelques étincelles entre les branches de l’arbre bordant le terrain d’entraînement. D’ailleurs, le vent amena avec lui des flemmes léchant mollement tout élément combustible se trouvant sur leur passage.

Sans perdre un instant, Erin chercha à aviser sa sœur et ses comparses du danger imminent. Cependant, le groupe d’enfants était bien trop bruyant pour entendre cet avertissement pourtant vital. Refusant de baisser les bras, la jeune fille voulut s’exclamer avec davantage de force, mais fut plutôt prise d’une quinte de toux soudaine. La boucane s’était silencieusement rendue jusqu’à elle. C’est pourtant ces toussotements qui attirèrent l’attention d’Éloïse, qui se figea dès que le son parvint à ses oreilles. Cela résultat en un crochet droit la percutant en plein visage. La rouquine en perdit sa balance, puis elle fut  immobilisée temporairement à cause de la vilaine poussière qui s’était logée dans ses yeux. Elle se frotta les yeux de sa main gauche, levant l’autre main en signe de cessez-le-feu. Les autres l’ignorèrent, la croyant sortie de la partie pour aujourd’hui.

L’ange se releva, tout en essuyant ses pantalons pleins de poussière, puis posa son regard directement sur sa cadette. C’est alors qu’elle la vit en train d’agiter les bras en direction de… d’un feu!

- FEU! hurla-t-elle de toutes ses forces. Il va sans dire que sa voix porta beaucoup plus loin que celle de sa sœur.

La panique éclata à ce moment-là; la jeunesse des montagnes ne savait pas comment réagir aux flammes qui avaient pris de l’ampleur à une vitesse ahurissante. Leur premier réflexe, pour la plupart, fut de détaler en direction de leur maison dans le but d’aviser le premier adulte du danger qui se profilait sur le village. Éloïse, quant à elle, se rua aux côtés d’Erin. Pas question qu’elle laisse sa jumelle toute seule dans une telle situation! Elle ne prit même pas la peine de demander la permission à sa sœur avant de la presser de passer ses bras autour de son cou. Ce fut de cette manière que les rouquines tentèrent de prendre fuite.

Malheureusement pour elles, les dommages étaient bien plus grands que ce qu’elles l’avaient initialement cru. C’est pourquoi leur chemin fut rapidement barré par un épinette bleu qui venait de perdre son combat contre le feu, qui rageait désormais. L’ange fit appel à toutes ses années d’entraînement de manière à jeter sa sœur au sol, se retourner afin d’être dos à l’arbre et recouvrir sa cadette de son corps. Elle parvint presque à éviter entièrement l’épinette, mais ce dernier frôla son dos et sa hanche. Malgré tout, elle ne cria pas de douleur… Ne serait-ce que pour ne pas alimenter la panique dans les yeux d’Erin.

- Ce n’est rien… Allez, agrippe-toi à moi… grommela-t-elle.

La réponse de sa jumelle fut courte… voire qu’elle se composait d’un seul mot : non. Incrédule, Éloïse chercha le regard d’Erin… et y trouva une résolution définitive. Nul besoin d’en dire davantage afin de comprendre où sa cadette voulait en venir. L’ange secoua la tête avec véhémence. Jamais elle ne laisserait la personne la plus chère à ses yeux derrière pendant qu’elle se sauvait comme une lâche! C’était pourtant ce que lui demandait sa sœur. Selon elle, il fallait faire face à la réalité : elle était un poids mort. Elle les empêchait de s’échapper du brasier… Il était impossible de savoir dans quel état se trouvait leurs parents ou quiconque d’autre. Il n’y avait que flammes et désolation partout où elles regardaient. Erin insista que son aînée devait vivre; il devait y avoir quelqu’un pour honorer la mémoire des Kiana, si ce n’était des Ragnilde. Il s’en suivit une brève discussion plus qu’animée, ou colère et tristesse se mélangèrent. Seulement… elles n’avaient pas le temps d’argumenter. Les jumelles collèrent leurs fronts ensemble, puis s’enlacèrent une toute dernière fois. « Ne te remémore jamais ce jour avec regret… Allez, vole, et n’oublie jamais qui tu es. » furent les dernières paroles qu’Erin murmura dans les oreilles de sa sœur.

Le cœur en miettes, les mains tremblotantes, Éloïse fit apparaître ses ailes, qu’elle fit battre en de puissants coups de façon à prendre son envol. Elle fonça vers le ciel. Elle ne survola le village que le temps d’assimiler l’étendue de destruction qui effaçait tout ce que les Ragnilde avaient été. Elle fila vers les montagnes, où elle se percha afin de ne manquer en rien la fin de son peuple. La vue qui s’offrait à elle la déchirait de l’intérieur, mais elle était fière… Elle regarderait jusqu’à la fin. Elle écouterait tous les cris de ceux qui lui avaient été chers. Peu lui importait d’être ébranlée par des sanglots ou de sentir le givre se former à travers les larmes qui ruisselaient sur ses joues. Elle demeura là, à dire au revoir à tous ceux qu’elle connaissait, jusqu’à ce que le soleil termine sa descente derrière les montagnes.

Sur son honneur, jamais n’oublierait-elle les enseignements des Ragnilde et, surtout, son identité en tant que Kiana.

⊂( ̄(エ) ̄)⊃


- Un jour à la fois… murmura la jeune femme rousse pour elle-même.

À vrai dire, elle se répétait cette phrase à chaque fois qu’elle éprouvait un dépassement face à la situation dans laquelle elle se trouvait. C’était sa façon de naviguer au travers de l’adversité de la vie. Elle avait tôt appris que le monde n’était pas composé uniquement de communautés tissues aussi serrées que la sienne. Nombreux furent ceux qui avaient évité l’enfant de neuf ans qu’elle était à l’époque. Nul ne semblait se soucier d’une fillette mendiant jusqu’à tard dans la nuit. Elle n’était personne pour tous les étrangers dont elle croisa le chemin après avoir perdu tous ses proches. On pouvait presque croire qu’elle était invisible aux yeux des gens. Le plus qu’elle reçut fut des regards désolés de la part de mères, qui faisaient tout pour que leurs propres progénitures ne la regardent pas trop longtemps.

Éloïse n’eut d’autre choix que de faire usage de tout ce que lui avait apprit son clan afin de se faufiler à l’intérieur de boulangeries, boutiques de vêtements et autres. Elle n’était pas fière d’être tombée si bas qu’elle devait se résoudre à voler ou à implorer des inconnus de lui donner quelques kahos… Or, il était hors de question qu’elle baisse les bras et se laisse mourir. Elle avait une promesse à tenir… Elle ne décevrait pas sa sœur, même dans la mort. Elle accepta bon nombre de menus travaux, tel que nettoyer le plancher de tavernes, livrer des paquets, nettoyer des chaussures, ramasser du fumier et bien d’autres! Elle eut même une période, lors de ses douze ans, où elle passa quelques mois dans une mine à forer pour des diamants. Lors de ses quinze ans, elle se joint à une caravane et se promena de village en village, présentent des spectacles d’adresse. On l’appelait le Renard, étant donné sa tignasse rousse. Ce fut deux années où elle put se mettre des kahos dans les poches, mais elle se lassa éventuellement des regards discutables et des mains qui se faisaient de plus en plus baladeuses.

Par chance, elle était parvenue à apprendre quelques trucs de ses compères, en plus de se créer des contacts un peu partout en Vasterya. Elle se sentit suffisamment à l’aise pour vivre de sa chasse, maintenant qu’elle avait acquiert un arc de bonne qualité. Elle était désormais assez à l’aise avec les diverses places du marché pour vendre son butin… en plus d’écouter les dernières rumeurs. Elle jugeait important de connaître ce qui se passait dans le monde. Une chose mena à une autre, puis Éloïse se retrouva confrontée à l’injustice magique. Ce problème social vint tirer sur des cordes sensibles… pour ne pas dire sur ses valeurs en tant que dernière survivante des Ragnilde. Elle était pour l’équité pour tous… et non pour le profit inégalement distribué. Elle se retrouva alors à contribuer à certaines mission des rebelles.

Ce fut d’ailleurs via des alliés pour la grande cause qu’elle obtint son premier contact dans l’univers des mercenaires. Un riche marchant ayant besoin d’une escorte afin de le protéger de voleurs sur la route avait engagé un groupe d’individus versés dans l’art du combat. Un autre rebelle avait mentionné ce contrat à Éloïse, qui y vit une opportunité de gagner davantage qu’elle le faisait à vendre de la fourrure de lapin et de la viande de perdrix. Elle ne fut pas déçue : son regard aiguisé avait remarqué des hommes suspects avant tous les autres, puis n’avait manqué aucun cheval de la force d’embuscade. Les autres mercenaires s’étaient occupés du combat rapproché, tandis qu’elle avait escorté le marchant en lieu sûr. Ce jour-là, elle se forgea une réputation en tant que tireuse d’élite. Les engagements se multiplièrent et elle devint une archère plutôt en demande.

Elle refusa cependant d’établir un domicile fixe. Malgré toutes les années qui s’étaient écoulées depuis la perte de son village natal, elle souffrait toujours d’un mal du pays. Aucun endroit n’arrivait à la cheville de ses souvenirs; pas un lieu ne lui donnait de paix d’esprit. Elle était moins indisposée à dormir à la belle étoile plutôt que dans une maison… C’est pourquoi elle maintint son mode de vie nomade jusqu’à ce jour, tandis qu’elle rangeait ses flèches sans son carquois. Comme à chaque fois, elle avait atteint sa cible… et ce, malgré la longue distance qui la séparait d’elle. Elle prit un instant avant de se mettre en marche en direction du corps inanimé. Elle n’était pas pressée de récupérer une preuve qu’elle avait éliminé un évadé de prison… plus particulièrement, un violeur d’enfants. Ce fut sans aucun regret qu’elle récupéra le médaillon de cette saleté d’être… jadis vivant. Ce monstre ne méritait pas qu’elle prenne en pitié son âme; au contraire, il valait une somme importante de kahos, que la rouquine encaisserait sans la moindre trace de remord.

- Un jour à la fois… réitéra-t-elle une fois que fut arrivé le temps de se retirer pour la nuit. Demain serait un nouveau jour…

Capacités / Armes


Autant qu’elle sache, il n’y a pas un jour de son existence qui a passé sans qu’elle ne s’entraîne. Il fut un moment durant son enfance où elle crut son père lorsqu’il lui raconta qu’elle était née avec un arc dans les mains et qu’on lui avait donné des ailes parce qu’elle ne cessait de courir jusqu’à ce que ses pieds se heurtent à son petit popotin. Bien qu’elle apprit éventuellement qu’elle vint au monde comme tous les autres, nue, miniature et vulnérable, elle ne peut se défaire de la sensation que ses mains sont faites pour tenir un arc. Elle ne peut également se passer du bien-être qui vient à la suite d’un entraînement matinal extensif. Se démener jusqu’à ce qu’elle peine à rester debout demeure à ce jour sa façon préférée de faire un vide mental.

Il est donc tout naturel qu’elle soit athlétique. Elle excelle au maniement des dagues et de l’arc, en plus d’être à l’aise avec les harpons et l’arbalète. En fait, tout ce qui demande de viser juste tombe dans son domaine d’expertise. Quant à savoir s’il s’agit simplement d’un talent acquis au fil des ans ou d’un pouvoir… nul ne sait.

Ce qui n’est pas son point fort, toutefois, est le combat rapproché. Éloïse n’est pas sans savoir que sa force est limitée. Elle trouve également le port d’une épée sur une période prolongée plus que pénible… Il est préférable pour l’ange de se battre à distance que d’essayer d’épater la galerie de façon bravade en faisant tout un spectacle avec des armes à deux mains. Sans quoi, elle risque de se casser un membre quelconque.

Enfin, un pouvoir dont elle a été dotée et qu’elle utilise avec parcimonie est un contrôle du vent. Elle ne pourrait créer d’ouragan, mais gare aux bourrasques qu’elle peut convoquer lorsque le besoin se fait sentir. La rouquine, plus souvent qu’autrement, s’en sert afin de permettre à ses flèches à suivre des trajectoires moins naturelle ou, encore, dans le but de faire diversion.



Joueur

PSEUDO / PRÉNOM ∆ Mesa/Mélissa
AGE ∆ 29 ans

EXPÉRIENCE EN RPG ∆ Ehm… 13 ans? Je ne sais plus… quelque chose dans cette lignée.

COMMENT TU NOUS A TROUVÉ ∆ Via les partenariats de divers forums.
AS-TU DES CHOSES A SIGNALER ∆ Ce serait bien avoir une description/carte des différents endroits, afin de pouvoir mieux se situer lorsqu’on est nouveaux sur le forum.

CODE DU RÈGLEMENT ∆ Éclairera votre chemin


©️️ World of Vasterya

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ MODÉRATRICE ]
» Membre des Kardryar «

avatar
Date d'inscription : 07/07/2017
Messages : 151
Kahos : 2536

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre des Kardryar «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Lun 16 Avr - 9:21

Bienvenue jeune demoiselle huhuu

La carte est un élément sur lequel on travaille actuellement elle arrivera dans les prochains mois c:

Bon courage pour ta fiche si tu as des questions n'hesite pas \o/

_________________



Thanks bae pour le kit heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ FONDATRICE ]
Chef & Elite de la Rébellion

avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 565
Kahos : 2507
Localisation : Derrière toi

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ FONDATRICE ]Chef & Elite de la Rébellion

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Lun 16 Avr - 10:27

Bienvenue à toi Keurkeur

Bon courage pour ta fichette ! Zelef à tout dit, on y travaille, ça viendra dans quelques temps ne t'en fais pas :D

Bon début de fiche, je suis curieuse de savoir ce que tu vas jouer ange

_________________


« I will be the deadly feather of the rebels for the magic to be restored to us »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/

[ MODÉRATRICE ]
» Membre du Conseil & Rebelle «

avatar
Date d'inscription : 21/07/2017
Messages : 91
Kahos : 1750

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre du Conseil & Rebelle «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Dim 29 Avr - 1:47

Coucou!

Je viens prendre des nouvelles de ta fiche? c:

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

» Membre de la Rébellion «

avatar
Date d'inscription : 08/04/2018
Messages : 9
Kahos : 433
Age : 28

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Membre de la Rébellion «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Lun 30 Avr - 23:11

Coucou!

Justement, je m'en venais faire un tour!

Je suis sincèrement désolée du délai. Des petits problèmes de santé imprévus et des rendez-vous médicaux font en sorte que ça n'avance pas aussi rapidement que je l'aurais voulu.

L'histoire est bien entamée, mais... clairement, je n'ai pas été en mesure de tout compléter en deux semaines. Disons que je ne veux pas terminerl'histoire à la va-vite et omettre plein de détails...

Serait-ce possible d'avoir un peu plus de temps pour terminer? Normalement, j'ai plus de temps entre le jeudi et le dimanche... Je crois que je serais en mesure de finir la présentation de weekend.

Encore une fois, je suis désolée.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ FONDATRICE ]
Chef & Elite de la Rébellion

avatar
Date d'inscription : 11/06/2017
Messages : 565
Kahos : 2507
Localisation : Derrière toi

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ FONDATRICE ]Chef & Elite de la Rébellion

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Mar 1 Mai - 9:13

Coucou Eloïse ! ^^

Pas de soucis, on peut t'accorder une petite semaine supplémentaire, y'a pas de soucis ! Wink
Du coup on se dit jusqu'au 8 Mai, qu'en dis-tu ? Wink

_________________


« I will be the deadly feather of the rebels for the magic to be restored to us »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/

» Soldat Aërith «

avatar
Date d'inscription : 09/12/2017
Messages : 245
Kahos : 3305

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Soldat Aërith «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Mar 1 Mai - 10:30

Nyuuuuuuuuu... Courage Eloïse ! J'espère que tu nous reviendras en forme ! LoooveU

_________________


Join the merry Sadalsuud clan ! We're psychopaths but we have cookies ! Keurkeur


Noeunoeuf de pâques 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

» Membre de la Rébellion «

avatar
Date d'inscription : 08/04/2018
Messages : 9
Kahos : 433
Age : 28

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Membre de la Rébellion «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Mer 2 Mai - 1:20

Pas certaine que je vais revenir en forme... mais pour ce qui est de terminer d'ici le 8 mai, je vous jure de faire mon possible!

Merci. :)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

» Elite des Aëriths «

avatar
Date d'inscription : 12/03/2018
Messages : 46
Kahos : 945

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Elite des Aëriths «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Ven 4 Mai - 7:46

Bienvenue à toi Eloïse !
J'adore ton RP, je suis fan de ta fiche et ton perso *-* (même si t'as fait bugger le codage de la fiche de présentation xD)

J'espère que tu nous reviendras quand même en meilleure forme, courage à toi ^^

_________________


Fiche prez' - RP et Liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://world-of-vasterya.forumactif.com/t298-lucrezia-mawlake

» Membre de la Rébellion «

avatar
Date d'inscription : 08/04/2018
Messages : 9
Kahos : 433
Age : 28

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
» Membre de la Rébellion «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Dim 6 Mai - 22:32

Ha, ha, ha! Ouais... moi et le codage, nous ne sommes pas amis... mais je crois avoir corrigé le problème. (Je ne sais pas comment j'ai fait... mais ça marche, alors je ne m'en plaindrai pas!)

Présentation terminée!

Merci encore pour le délai supplémentaire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[ MODÉRATRICE ]
» Membre du Conseil & Rebelle «

avatar
Date d'inscription : 21/07/2017
Messages : 91
Kahos : 1750

Feuille de personnage
Informations:
Relations:
Pouvoirs :
[ MODÉRATRICE ]» Membre du Conseil & Rebelle «

MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   Mar 8 Mai - 7:11

Coucou!

Désolée du délai, j'ai été très occupée ce weekend. Néanmoins, j'adore ton personnage et ton style d'écriture! C'est très agréable à lire et l'histoire est très intéressante.

Sur ce, je te déclare validée! :D


Validation de la fiche !
Analyse de la fiche





Et coucou ! LoooveU2

Après analyse et lecture de ta fiche, j'annonce que celle-ci est validée ! Bravo pour ta validation ! Keurkeur
Mais avant que ton aventure dans Vasterya commence, tu as encore quelques petites choses à faire. Rassures-toi, ce n'est pas bien méchant wu

► Remplir les champs du profil & la fiche de personnage (Obligatoire)
► Recenser ton avatar → www. (Obligatoire)
► Faire ta fiche technique → www. (Obligatoire)
► Créer ton journal de bord → www. (Ce n'est pas obligatoire)

Une fois tout ça fait, tu peux donc :

► Créer ta demande de RP → www.
► Créer ta demande de relations → www.
► Signaler une absence → www.
► Aller flooder → www.

Bon jeu sur World of Vasterya !
Si tu as la moindre question, le staff est là. Superman

©️️️ World of Vasterya

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Éloïse Kiana   

Revenir en haut Aller en bas
 
Éloïse Kiana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I need some information ➸ KIANA
» Je passe le mot pour Esma/Kiana ! -Sadjia
» Cendrillon... je passe. [Kiana Firewood]
» Les liens de Kiana [NOUVELLE FICHE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Vasterya :: Gestion du personnage :: Fiches de présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: